Critiques, Franco — June 21, 2016 at 12:32

City and Colour; le pouvoir de la musique

by

J’ai eu la chance de voir Dallas Green plusieurs fois dans le passé. Que ce soit avec City and Colour ou Alexisonfire, ce qui nous marque de Green, c’est sa voix. Hier soir n’en faisait pas exception.

En ce lundi soir caniculaire, le Centre Bell accueillait City and Colour dans le cadre de sa tournée canadienne suivant la parution de son dernier album If I Should Go Before You paru à l’automne dernier. Il a d’ailleurs commencé le concert avec les 2 premières chansons de cet opus. Déjà avec les premières notes, nous savions qu’on était ailleurs. Le son était fort et clair, le décor minimaliste, des éclairages présents mais sans artifices. Dallas qui est normalement très discret sur scène était généreux et reconnaissant. On le sentait ému. On a même eu le droit de le voir bouger étonnamment aisément sur scène sans sa guitare pendant Killing Time.

Le public fut discret au début  mais vers la sixième chanson, tout a changé après qu’il nous ait demandé de chanter avec lui Hello I’m in Delaware. Son interprétation était différente de l’album; plus électrique mais aussi plus douce. La magie de la voix de Dallas opérait. Ce fût surprenant comment il a réussi à créer une ambiance à la fois festive mais intime dans un endroit si vaste et impersonnel. Le public ne s’est pas fait prié à se lever et danser pendant Wasted Love et est resté debout jusqu’à la fin. Les quelques chansons ou Green s’est produit seul sur scène nous a fait rêver de chansons autour d’un feu de camp. Encore une fois, l’ampleur de la salle s’effaçait derrière la proximité créée par la voix envoutante du chanteur.

Ce fût un concert magnifique; rempli de bons moments. Les fans sont sortis comblés, le cœur léger et surtout, en demandaient encore. Ils se produiront au Festival d’été de Québec ainsi qu’au Bluesfest d’Ottawa cet été. Ne les manquez surtout pas.

 

Moments forts :

Sleeping Sickness a été une des préférées de la foule. Les gens chantaient en cœur les paroles de Gord Downie  (du groupe The Tragically Hip) qui est en duo avec le groupe sur cette chanson. D’ailleurs, Dallas a voulu saluer son ami qui a dernièrement annoncé être en phase terminale d’un cancer du cerveau en interprétant Bobcaygeon des Hip durant sa partie solo.

La chanson Bring Me Your Love est un chef-d’œuvre en soit mais elle prend toute son ampleur en spectacle.

Dallas a interprété en solo la chanson Coming Home, probablement la chanson la plus connue du groupe qu’il a terminé avec le refrain de la chanson  This Could Be Anywhere in the World de son ancien groupe Alexisonfire. C’est à ce moment que nous avons pu remarquer que son public le suit depuis de nombreuses années car beaucoup chantaient en cœur avec lui.

 

Pour voir la galerie de photos: http://www.confrontmagazine.com/2016/06/city-and-colour-at-the-bell-centre-june-20th-2016/

Twitter: twitter.com/cityandcolour

Facebook: www.facebook.com/cityandcolour

Site officiel: http://cityandcolour.com

Leave a Reply